Grantalabama.com
Image default

Comment la nourriture que vous consommez change vos gènes

13 juillet 2016

Nos progrès dans la compréhension des gènes humains sont incroyables. Il y a environ 150 ans, Gregor Mendel a utilisé des plants de petits pois pour mettre en évidence quelques règles de génétique et il y a environ 50 ans, Watson et Crick ont décrit la double hélice de l’ADN. En 2003, le génome humain a été entièrement séquencé. Incroyable !

Ce qui est humiliant, c’est que quand le nombre de gènes dans les cellules humaines a été compté et comparé à d’autres organismes, notre génome s’est avéré être considérablement plus petit que beaucoup d’autres espèces. Par exemple, les humains ont environ 25 000 gènes dans chaque cellule alors que la toute petite puce de mer en a 30 000 ! Les scientifiques ont supposé qu’en raison de nos aptitudes développées et de notre structure organique, nous devrions avoir plus de 100.000 gènes.

Alors que nous n’avons pas cette quantité de gènes, des scientifiques ont découvert très récemment des moyens de contrôler le nombre modeste que nous avons, par un excitant nouveau champ d’action nommé « épigénétique« . Ceci explique comment des changements dans l’activité des gènes peuvent survenir sans changer notre ADN.

Une façon par laquelle nous pouvons influencer nos gènes sans changer leur structure de base est à travers les aliments que nous consommons. Il est possible que nos gènes chargent le fusil, mais notre mode de vie appuie sur la détente. L’impact de la nutritions sur nos gènes est souvent nommé « nutrigénomique ».

Pour le dire d’une façon différente : notre fourchette est si puissante qu’elle ne peut pas transporter seulement la nourriture jusqu’à notre bouche, elle peut être utilisée comme un interrupteur « marche » et « éteint » pour influencer : poids, pression sanguine, cholestérol, croissance cancéreuse et même nos chances de vieillir en bonne santé.

A ce jour, la plupart des plus élégantes études sur la nutrigénomique a été réalisée avec un menu végétal, pauvre en graisses, le dénommé « Régime Ornish« . Jetons un œil à quelques-unes de ces expériences époustouflantes :

  1. Une alimentation végétale peut « éteindre » les gènes du cancer de la prostate – Le Dr Ornish, un cardiologue, a alimenté 31 hommes avec un cancer de la prostate débutant avec un régime végétal ayant moins de 10% des calories provenant de graisses. Les hommes furent encouragés à marcher, méditer et se rencontrer pour des sessions de groupe. A la fin de seulement trois mois, 48 gènes cruciaux pour la croissance du cancer se sont révélés plus actifs mais 453 gènes (ceux qui contrôlent la croissance des tumeurs et la production des protéines) étaient moins actifs dans la production des protéines. Par dessus tout les tests sanguins pour l’activité du cancer de la prostate se sont améliorés et les tumeurs se sont réduites. Ces changements épigénétiques à partir d’un programme de mode de vie ont beaucoup fait pour ces hommes.
  2. Une alimentation végétale ralentit le vieillissement – A partir du même groupe mentionné ci-dessus, le Dr Ornish a mesuré l’activité d’une enzyme produite par les gènes, la télomérase, considérée comme intervenant dans le ralentissement du processus de vieillissement. Après cinq années, la baisse de l’activité de la télomérase impliquée dans le vieillissement était beaucoup moins importante dans le groupe « végétal, faible en graisses » que dans le groupe de contrôle et leu télomères étaient plus longs, suggérant un ralentissement dans le processus du vieillissement. Super !
  3. Une alimentation végétale améliore l’inflammation, le poids et la santé vasculaire – Un groupe récent de recherche en Pennsylvanie a étudié 63 individus ayant une maladie cardiaque qui ont suivi le programme Ornish et les ont comparés à un groupe de 63 personnes qui n’ont suivi aucun programme particulier. Alors que le groupe de contrôle n’a expérimenté aucune amélioration dans sa santé, le groupe Ornish a perdu du poids et sa pression sanguine a chuté d’environ 10%. Au bout de 12 semaines, des chercheurs ont découvert que 26 gènes manifestaient une activité différente dans le groupe Ornish. Après une année, 143 gènes faisaient de même. Les gènes qui provoquaient l’inflammation et des dégâts des vaisseaux sanguins avaient une activité significativement réduite. Le groupe de contrôle n’a montré aucune amélioration alors qu’il maintenait son alimentation standard durant l’année.

Quand Hippocrate a écrit il y a 2.400 ans de « laisser la nourriture être la médecine », il n’avait aucune idée du fait que des expérimentations scientifiques prouveraient un jour qu’il était visionnaire. Le nourriture n’est plus seulement simplement une source de calories contenant protéines, hydrates de carbone et graisses. La nourriture est une information et peut être vue comme une commande à distance de nos gènes, les allumant et les éteignant à travers une variété de modifications.

Notre fourchette est l’instrument chirurgical le plus puissant. Chargez-la avec des aliments colorés comme un arc-en-ciel, biologiques, végétaux et passez plus de temps à poursuivre vos passions et vos rêves, libres de maladie et de médicaments. Ces « slims » (skinny jeans) sont juste à une portée de fourchette, vous avez le contrôle !

(D’après un article du Dr Joel Kahn)

Autres articles

Salade Roquette et germes : anti-cancer ?

Irene

Quelques arguments en faveur de l’alimentation vivante (crue végétalienne)

Irene

Différence entre beurre de cacao, pâte de cacao, fèves de cacao et poudre de cacao

Irene

10 façons de détoxifier votre corps quotidiennement

Irene

Allaitement et détox selon le Dr Ritamarie Loscalzo

Irene

Velouté cru de petits pois au basilic

Irene